Le Motion Comic est une branche du Motion Design qui nous vient du monde du jeu vidéo, et plus largement de la fiction.

https://youtu.be/Fo7XPvwRgG8
Un exemple de Motion Comic dans un jeu vidéo référence : World of Warcraft

Parlons du Motion Comic

Pour faire simple, c’est un motion illustré, particulièrement adapté à la narration. Il excelle lorsqu’il s’agit de raconter de belles histoires. Parce que le Motion Comic synthétise les codes du cinéma, de la BD, du jeu vidéo. Qui ont en commun de vous emporter dans un monde visuel, au coeur d’une histoire mêlant le visuel, le texte, la narration (sous forme de dialogue, voix off, sous-titres), la musique. Tous les ingrédients du Motion Comic.

A l’inverse, le motion graphic design est une discipline d’origine graphique, très adaptée pour animer les formes vectorielles et textuelles. Par exemple un générique.

Voir l’article : les branches du Motion Design

Une esthétique cinéma

Dès que nous passons au cinéma, les génériques deviennent davantage illustrés, texturisés. Les budgets s’élargissent ainsi que l’ambition de plaire aux spectateurs. Ces génériques plus premiums servent de référence au Motion Comic.

Voir l’article sur Saul Bass, l’inventeur des génériques au cinéma.

Lorsque le motion comic se complète d’une couche 2D, par exemple pour les personnages, cela devient un film d’animation traditionnel.

Alors me direz-vous, qu’est-ce qui distingue le Motion Comic du cinéma d’animation ? Le cinéma d’animation, ce sont des procédés de production assez longs, des équipes assez fournies, et des budgets plutôt élevés.

Chez Hollymotion, nous vous proposons des films à la production plus légère, des équipes plus réduites, qui utilisent des workflows venus du Motion Design et une culture qui va vers le cinéma.

Pierre Lafouge